Building Stories Logo
Member Sign In

Username

Password
Français

Forgot your password? | Become a member
Tour Title Architectes John et Joseph Power
Tour Points
Tour Points
Point Title
Sort ascending by Point TitleSort descending by Point Title
Description
Features
1..JPG 157, rue King Est Joseph Power, bâtie en 1882. Cette vaste maison bourgeoise victorienne de brique, construite pour le docteur Edward Horsey (deuxième fils de l’architecte Edward Horsey), est un bel exemple du travail de Joseph Power. Cette habitation a été vendue au gouvernement en 1887, lorsque le docteur est déménagé à Montréal. Pendant de nombreuses années, elle a servi de résidence du gouvernement pour les officiers. Cette maison est une version légèrement plus grande et plus recherchée que celle sise au 49 de la rue King Est, bâtie trois ans plus tôt.   Click here to show map location
2.JPG Hôtel Belvedere Joseph Power, bâtie en 1880. Cette maison de conception recherchée se caractérise par l’élégance de son architecture, de ses proportions et de son ornementation. Elle a été bâtie pour John Hinds qui a fait ultérieurement faillite, puis acquise par le docteur Kenneth Neander Fenwick. Remarquez l’utilisation de la brique et de la pierre, et le toit mansardé en ardoises percé de lucarnes.   Click here to show map location
3.JPG maison Hendry Joseph Power, bâtie en 1886. Cette maison de brique construite pour James A. Hendry et inspirée de la grande époque victorienne a été décrite dans une édition du journal British Whig datant de 1886 comme étant « sans doute la plus élégante résidence de la ville cette année ». Sise sur un coin de rue animé juste en face du City Park et de la statue de Sir John A. Macdonald, elle se distingue par la hauteur de son architecture asymétrique, ses toits aux multiples élévations et ses détails architecturaux. Les panneaux en terre cuite sont dignes de mention.   Click here to show map location
4.JPG 85, rue King Est Power et fils, bâtie en 1877. Cette maison bourgeoise victorienne a été construite par Richard Tossel pour Rybert Kent qui exploita, pendant 20 ans, le British Americain Hotel (à l’angle des rues King et Clarence) et qui fut associé dans la Canadian Express Company. Cette construction en pierre de trois étages est ornée des plus élégantes ferronneries et boiseries à Kingston. Les détails architecturaux révèlent l’immense talent de Joseph Power et l’emplacement du bâtiment est tout à fait indiqué.   Click here to show map location
5.JPG maison Parkview John Power, bâtie en 1853. Cette habitation en pierre de deux étages est prépondérante dans le paysage des rues Emily et King. Elle propose, avec ses voisines, un regard intéressant sur le style cottage orné répandu vers 1850. Ce terrain faisait jadis partie de la propriété Murney qui a été divisée dans les années 1840. La maison, construite pour Robert Gaskin, a été vendue deux ans plus tard. En 1909, la petite-fille de M. Gaskin, Isabella Gaskin Waldron, et son mari ont fait l’acquisition de la maison Parkview. Les résidences situées aux 7 et 9 de la rue Emily étaient autrefois des composantes de l’aile arrière, de la remise pour voitures à chevaux et de l’annexe servant à loger les domestiques de la maison.   Click here to show map location
6.JPG 20-24, rue Barrie Joseph Power, bâties en 1889. Le principal attribut architectural de ces maisons en rangée de brique rouge est, sans contredit, les trois grandes fenêtres en baie sur deux étages surmontées de balcons protégés par des toits tronqués à pignon. Les bandeaux saillants de briques et de pierres et les carreaux taillés, sans oublier les impostes rectangulaires coiffant toutes les fenêtres et portes, contribuent à atténuer l’orientation verticale des fenêtres en baie. Ces trois habitations ont été construites pour Robert Crawford, propriétaire de chantiers à combustible établis depuis 1875, qui occupait la maison du 24 et qui louait les deux autres.   Click here to show map location
7.JPG 72-74, rue Barrie Power et fils, bâtie en 1879. Cette imposante résidence de brique est pourvue d’une entrée centrale flanquée,de part et d’autre, de saillies parées de pierres d’angle s’élevant sur trois étages jusqu’aux pignons à deux versants prononcés, ornés de bordures de pignon décoratives. Les fenêtres de chaque étage sont surmontées de corniches décoratives. Cette maison a été construite pour l’avocat Richard Thomas Muir Walkem et son épouse, Emily Henderson, qui avaient fait l’acquisition du terrain en 1875. Pendant quelques années, soit aux environs de 1903, le bâtiment a abrité le Kingston Ladies College. Depuis 1938, on y a aménagé des appartements. L’Hôpital général de Kingston s’en est porté acquéreur en 1974.   Click here to show map location
8.JPG palais de justice du comté de Frontenac bâti en 1855, architecte : Edward Horsey, reconstruit sous la supervision de Power et fils. Dès le début de sa carrière, John Power a exercé ses fonctions sous la direction d’Edward Horsey. À la suite de l’incendie survenu au palais de justice, les Power ont utilisé les plans originaux dressés par M. Horsey pour guider sa remise en état auxquels ils ont ajouté leur propre touche, notamment en améliorant le dôme. Il semble que les travaux réalisés au palais de justice leur aient permis de se tailler une réputation enviable sur le marché de la reconstruction après sinistre. Ils ont ainsi poursuivi leur oeuvre en se voyant confier, en 1888, la reconstruction de l’église presbytérienne St. Andrew, détruite par un incendie, puis de la cathédrale St. George, en 1891. (DOUGLAS, Heritage Kingston, p.114-5)   Click here to show map location
9.JPG Hochelaga Inn Power et fils, bâtie en 1879. Voici l’idée que nous nous faisons tous d’une maison bourgeoise victorienne! Construite en briques rouges, cette résidence exhibe une tour, de nombreux pignons et un toit mansardé. À une certaine époque, elle appartenait à la Banque de Montréal qui y logeait ses cadres de direction lorsque ceux-ci séjournaient dans la région. Le nom « Hochelaga » a été emprunté à un village iroquois qui était autrefois tabli là où se situe Montréal aujourd’hui. La maison a, plus tard, été aménagée pour contenir des appartements, avant d’être transformée en auberge en 1985. Son style est rehaussé par de nombreux éléments décoratifs faits de bois et de brique. Prêtez attention aux grandes moulures, aux frises sous les avant-toits, aux fenêtres à carreaux sertis de plomb, à l’imposante cheminée double du côté nord, aux colonnes corinthiennes et à la délicate ferronnerie au sommet de la tour octogonale.   Click here to show map location
10.JPG 65, rue West Power et fils, bâtie en 1879. Cette maison de brique située à l’angle d’une rue et faisant partie d’un pâté de maisons composé uniquement d’habitations en briques a été construite après Westbourne Terrace (57-63, rue West). La tour ronde en coin, la fenêtre en baie et le porche encastré central aux deux étages sont des éléments architecturaux prédominants de cette époque.   Click here to show map location
11.JPG Westbourne Terrace Power et fils, bâties en 1874. Ces quatre maisons en rangée de brique rouge ont été construites pour George M. Wilkinson et trois de ces huit enfants. Les trois maisons à deux étages identiques et pourvues d’une baie vitrée au premier étage sont surplombées par la lucarne percée sur le toit de celle du bout. Westbourne Terrace représente le point central de cet important paysage de rue situé devant City Park.   Click here to show map location

Find currently displayed points on the map

Group Heritage Resources Centre
Added By HRC Admin
Date Added May 17, 2012
Comments on {title}
No matching entries were found
Linked Content
Linked Content
Type
Title
Relation
User   HRC Admin The user submitted this content.